Cassettes

J’ai mis en hauteur un certain nombre de cassettes noires. Reprenant les questionnements de Michel Foucault sur l’interrogation première pour un enfant qui se base sur le sexe. En essayant de remettre le spectateur devant cette question à laquelle il a déjà répondu qui est « mais qu’est-ce qu’il peut bien y avoir sur cette étagère hors de portée », il sera dans l’incapacité de le savoir.

L’installation en elle-même se rapprocherait du projet de Boris Achour Cosmos.

Dans cette installation il a disposé des cassettes vidéos reprenant le roman de Witold Gombrowicz sous formes de sculpture qu’il appel Cosmos. Chaque pochettes sont différente. Pour cette pièce, Boris Achour exprime le chaos dans ce nombres de reproductions différentes de cassettes.

Pour poursuivre sur le sujet de reproduction, la cassette pornographique a toujours été sujet à bon nombre de reproductions.

Vidéos maintenant consultables dans un cadre très intimiste et personnel, c’est-à-dire la maison.

Précédent
Suivant
Retour haut de page